Les différents types d’auto-défense

Devant la recrudescence des actes de violence qui visent particulièrement les femmes, l’auto-défense se développe de plus en plus. La pratique en effet d’un sport de combat et d’un système de défense, mais aussi les accessoires visant à se protéger, sont l’un des moyens appropriés à sa sécurité. Afin de lutter contre les agresseurs, plusieurs écoles d’arts martiaux et d’auto-défense se sont développées dans l’hexagone, et des accessoires en vente légale sont mis à la disposition des personnes les plus vulnérables. 
Avec l’avènement des technologies numériques, la défense personnelle fait aujourd’hui l’objet d’un réel engouement. Les plus vulnérables disposent alors de différents enseignements propres à leur enseigner des techniques simples et efficaces pour se protéger. Ainsi, dans un souci évident de légitime défense face à un ou plusieurs agresseurs, de nombreux sports de combat et arts martiaux sont enseignés aux femmes. Outre les arts martiaux traditionnels comme le Karaté, le Kung-Fu et de nombreuses autres disciplines, plusieurs systèmes de self-defence sont désormais accessibles aux débutants. Les arts martiaux classiques demandent en effet de nombreuses années de pratique avant d’être maîtrisés, et sont alors peu efficaces lorsqu’il s’agit de répondre à une menace physique réelle et imminente. Afin de combler ces lacunes, la self-defence prend de l’ampleur au fil des années et de nombreuses écoles proposent désormais l’enseignement de techniques spécialement étudiées pour répondre aux menaces du quotidien. Le Krav Maga, le Close Combat, le Sambo et bien d’autres sports de combat souvent pratiqués par les forces militaires de différents pays, disposent désormais de leurs pratiquants attitrés. Ainsi, ces derniers importés de leurs pays respectifs se proposent de répondre de manière proportionnée à une attaque avec une combinaison de coups visant à immobiliser son adversaire de manière définitive. Avec des coups pratiqués sur les zones les plus sensibles du corps humain, ces enseignements sont d’une efficacité redoutable et sont particulièrement adaptés aux femmes. Ces dernières disposent en effet de techniques peu élaborées visant à l’efficacité optimale pour éliminer toute menace physique. Souvent étudiées pour être les plus efficaces possibles sans recourir à des mouvements compliqués et inutiles en situation réelle, ces techniques ne demandent alors qu’une répétition et des enchaînements parfaitement naturels et reproductibles inconsciemment. Appliqués en situation réelle, ces sports de combat et systèmes de self defence peuvent s’avérer très dangereux voire mortels dans certains cas. Une stricte législation en matière de légitime défense est alors appliquée, afin d’encadrer l’emploi de ces techniques de combat.

Lorsque un ou plusieurs agresseurs sont particulièrement déterminés et virulents, l’emploi d’armes d’autodéfense est alors l’unique moyen de se protéger. Visant particulièrement les femmes qui n’ont pas la condition physique ou le désir de pratiquer un sport de combat, les armes et accessoires visant à la protection individuelle sont souvent utilisés à titre préventif. Bombe lacrymogenes, sprays au poivre, accessoires paralysants, sont autant de moyens de se protéger efficacement face à une agression. Devant une situation d’urgence les armes d’autodéfense sont en effet l’unique moyen de contrer une menace physique et de maîtriser son ou ses agresseurs. Répondant à des nécessités légitimes de protection, ces armes qui peuvent être dangereuses sont alors soumises à une stricte réglementation, avec des autorisations de vente et de mises sur le marché grand public limitées. Il est impératif d’être âgé d’au moins 18 ans pour acquérir une arme d’autodéfense, et il est alors impératif de respecter des règles légales comme la vente d’armes non létales. Celles-ci ne visent alors qu’à paralyser momentanément son agresseur sans entraîner de séquelles irréversibles. Disponibles à la vente sous certaines conditions, ces armes et accessoires de défense individuelle ne doivent être employés que sous certaines strictes conditions. La légitime défense répond ainsi une codification limitée qui doit respecter des critères de proportionnalité de la réponse à l’attaque. Cette réponse doit en effet être proportionnée à l’attaque et ne pas être d’une dangerosité telle qu’elle entraîne des dommages irréversibles pour l’agresseur. La bombe lacrymogene employée par les forces de police mais aussi dans un cadre privé est souvent l’arme la plus utilisée par les femmes afin de se prémunir d’une attaque. Les bombes au poivre sont également un moyen efficace pour lutter contre un agresseur, car ces armes sont idéales pour se dissimuler dans un sac à main et sont d’un faible encombrement. La légitime défense est ainsi encadrée par l’article 122-5 du Code pénal, et à ce titre est limitée à un danger imminent et réel, et ne doit pas être excessive. Cette dernière est également sujette à la défense des biens sous les mêmes conditions limitatives, avec une présomption qui doit être prouvée par celui qui s’en réclame. En France, la législation qui encadre l’achat et la vente d’armes non létales est l’ancienne catégorie 6 aujourd’hui D. Cette catégorie encadre alors tous les sprays et bombes incapacitants, matraques électriques et autres dispositifs autorisés par loi. La loi du 6 mars 2012 et applicable à partir du 6 septembre 2013 intègre dans son dispositif l’ensemble des armes de la catégorie D, et autorise leur port sous motif légitime sans autorisation préalable. Visant les personnes vulnérables, cette loi encadre donc l’achat et la détention de dispositifs d’autodéfense. Pour acheter des articles d’articles dédiés à la self-defence visiter le site GoDefense.fr.

Source:
L’auto défense pour femme (BigStock-ID: 8275070 by SFC) 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *